Page d’accueil | Wilmotte lève un coin du voile sur le Nouveau Rijksmuseum
Mercredi, 19 Décembre 2018

Wilmotte lève un coin du voile sur le Nouveau Rijksmuseum

Wilmotte lève un coin du voile sur le Nouveau Rijksmuseum

L'architecte français Jean-Michel Wilmotte a levé vendredi un coin du voile sur le futur Rijksmuseum d'Amsterdam restauré, alors que le chantier de l'un des plus importants musées du monde, réputé notamment pour ses Rembrandt, doit encore trouver un entrepreneur.
Le "Nouveau Rijksmuseum", comme il s'appellera lorsqu'il aura retrouvé son architecture et sa décoration "éclectique" d'origine (mélange de différents éléments d'architecture et de décoration), masquées et oubliées pendant plusieurs décennies, devrait rouvrir ses portes en 2010.

"Le plus grand défi est de mettre en évidence l'unicité des objets dans un bâtiment dont l'intérieur est très présent", explique ce touche à tout auquel on doit aussi bien l'extension du musée du président français Jacques Chirac à Saran (centre de la France) que la décoration intérieure de bijouteries. "Nous voulons donner au visiteur le sentiment de beauté et la perception du temps" en présentant des oeuvres replacées --là où ce sera possible-- dans leur contexte historique, résume le directeur du "Rijks", Ronald de Leeuw.

"L'obtention des permis (de construire) a duré. A présent nous attendons d'avoir signé avec un entrepreneur. Ensuite, nous pourrons avancer une date de réouverture, mais ce ne sera pas avant fin 2010", poursuit le directeur, qui est "conscient de l'impatience" des Pays-Bas. Prévue initialement pour 2007, la réouverture de "l'écrin des arts des Pays-Bas" a déjà été repoussée à plusieurs reprises. S'ils sont encore "provisoires", les plans pour l'intérieur du musée (les rénovations du bâtiment ont été confiées au bureau d'architectes sévillans Cruz & Ortiz) de Jean-Michel Wilmotte existent bel et bien, sur fichiers informatiques.

"Nous voulons créer une muséographie flexible", tenant compte de la présentation permanente et semi-permanente, appelée à évoluer tous les deux ou trois ans, des collections du musée, dit l'architecte. Chaque aile et chaque étage sera appelé à évoquer une époque, du Moyen-Age jusqu'au --c'est une nouveauté pour le musée-- XXe siècle.

Le musée tentera des présenter le plus possible "de pièces reflétant le monde auquel le visiteur est confronté aujourd'hui, par exemple cette toile du XVIIe montrant un des premiers mariages mixtes", entre un marchand néerlandais de la Compagnie des Indes et son épouse, d'origine japonaise, explique le directeur des expositions, Jan Rudolph de Lorn.

Pour ne pas distraire le visiteur et afin de respecter l'architecture et la décoration remises à l'honneur, Jean-Michel Wilmotte veut développer une gamme d'armoires et de vitrines dont l'élément dominant sera le verre, spécialement traité pour ne pas colorer les objets, être pratiquement invisible, et résistant à la plupart des agressions. Les meubles "devront participer à l'image du musée, et (les modèles, ndlr) seront protégés" afin qu'il ne soient pas copiés, explique M. Wilmotte.

Ils seront "flottants" et ne toucheront aucun mur, aucune colonne de l'édifice, et pourront donc changer ou être remodelés en fonction de la modification des collections, précise-t-il. L'éclairage, encore à l'étude, sera aussi discret que possible. Il sera lui aussi indépendant de la structure de l'édifice, pour ne pas trahir l'architecture originelle. Malgré les retards du chantier, Jean-Michel Wilmotte est enthousiaste: "Les volumes, la structure sont exceptionnels, c'est vraiment un bâtiment moderne. Ca se verra dès que la rénovation sera terminée", dit-il.

http://www.news.batiweb.com/a.asp?ref=07032607&titre=Wilmotte-l%C3%A8ve-coin-du-voile-sur-Nouveau-Rijksmuseum

Imprimer cet article
Réagir à cet article

Aucun commentaire n’a été ajouté!

Nom : *

E-mail :

Message : *




* = Informations obligatoires